l'Afas  
   Accueil
   Présentation
   Statuts
   La charte des distributeurs
   Les Partenaires de L'AFAS
   Les Wares
      Sur le Web
   Pages WEB des auteurs.
   Autres pages intéressantes
   
      ...et Ailleurs
   Les BBS Relais
   C'est quoi un BBS ?
   Où trouver nos Wares ?
      Le Shareware
   Le Principe
   Sa Naissance
   Son Père
      Evénements
   MAXWARE
   L'AFAS membre de BSA ??!
      Auteurs
   Pourquoi ?
   Comment ?
   C'est hyper cher ?
      Enquête
   Auteurs qui êtes vous ?
   Enquête sur le Shareware
      Infos Utiles
   La Fiscalité
   Le Droit d'Auteur
   Le FILE_ID.DIZ
   Le Guide de l'Auteur
   Zone privée des membres
      A lire et à voir
   L'HomoShareWareAuteuricus (1)
   L'HomoShareWareAuteuricus (2)
   A downloader : Tout sur l'afas.
      Contacter un membre
   Un membre du bureau.
   Nous écrire
Mis à jour le 23/01/2001.
 
©copyright Afas 1995 - 2017.

[Accueil]    [Nous écrire]

L'histoire du Shareware


L'histoire du Shareware

Attention !!! les adresses http et email originales ne sont plus actives.
Elles ont été laissées sur cette page car nous n'avons pas retrouvé les dernières coordonnées de Jim.

Ce texte est une libre traduction dont l'original en Anglais peut être lu sur le site Web suivant :

http://www.halcyon.com/knopf/history.htm

L'auteur de l'original est Jim knopf. Cette page a été traduite en 1997, avec l'autorisation de Jim, par Philippe Supera. Pour contacter le traducteur, voir les liens au bas de cette page.


Le Shareware est né en même temps en deux endroits. A Tiburon, en Californie, il est né sous la forme du programme PC-Talk, généré par Andrew Fluegelman. A Bellevue, dans l’état de Washington, il a pris la forme de PC-File®, l'enfant virtuel de Jim Knopf. Ceci est ma part de l'histoire.

Je suis Jim Knopf, le père du Shareware. Ceci est l'histoire que j'appelais "Comment me suis-je mis dans ce pétrin?". Je l'ai écrite en 1987.


*1981 *

J'avais besoin d'un programme pour imprimer des étiquettes pour la congrégation d'une église locale. J'avais un ordinateur Apple, j'ai donc écrit le programme en Applesoft Basic. Je voulais plus qu'un simple programme d'impression d'étiquettes, j'ai donc écrit une gestion de base de données générale. J'ai tellement aimé ce que j'ai obtenu que le programme lui-même devint un passe-temps - quelque chose sur quoi je continuais de travailler et que j'améliorais pendant mon temps libre.

A cette époque, l'ordinateur personnel d'IBM fut annoncé. C'était en Novembre 1981. J'ai immédiatement ressenti que la machine apporterait une révolution dans l'industrie de l'informatique - j'ai vendu mon Apple le jour même et commandé un IBM PC.



*Début 1982 *

Le premier programme que j'ai converti de l'AppleSoft Basic à l'IBM Basic fut mon programme de gestion de données. La conversion était facile. En quelques jours, le petit logiciel tournait avec bonheur sur IBM PC.

Je travaillais pour IBM à l'époque. Beaucoup de mes collègues recevaient leur premier PC. En tant qu'ancien du développement sur IBM, j'avais à coeur d'aider mes camarades à prendre un bon départ. Ainsi, je partageais mon petit programme avec beaucoup d'entre eux. Par la simple motivation de partager une bonne chose, PC-File était né. Il n'avait pas encore son nom définitif à ce moment (Je l'appelais "Easy-File"). Il devint rapidement un «hit» dans les bureaux d'IBM à Seattle puis dans tous les environs de Seattle alors que de plus en plus de personnes s'échangeaient des copies entre amis ou collègues.

J’utilisais le programme pour garder une trace de son propre public - son nombre croissant d'utilisateurs. Des problèmes sont vite apparus. Il devint de plus en plus coûteux et prenant d'informer les utilisateurs quand des mises à jour ou des améliorations étaient disponibles. Comment pouvais-je identifier parmi les utilisateurs, ceux qui étaient sérieux et désiraient des évolutions ? Comment pourrais-je trouver les moyens de leur envoyer des publipostages (mailings) pour les tenir informés?

Je décidai de placer un message dans le programme. J'allais demander à ceux qui recevraient le programme d'envoyer une modeste contribution pour m'aider à supporter mes frais. Le message encourageait les utilisateurs à partager librement le programme avec leurs amis et d'envoyer 10$, seulement s'ils voulaient être inclus dans ma liste de diffusion (mailing list).

La première personne qui reçut ce message inhabituel me téléphona immédiatement. Cet homme avait également reçu une copie de PC-Talk, un programme qui comportait un message similaire. Il fut étonné de la similarité des messages et pensa que je devrais contacter l'auteur de PC-Talk, Andrew Fluegelman. J’étudiai le disque de PC-Talk. En lisant la requête qu'Andrew faisait aux autres programmeurs de le rejoindre dans cette "expérience de marketing" unique, je décidai de lui envoyer mon programme.


*Juillet, 1982 *

Andrew fut impressionné. Il m'appela immédiatement et nous décidâmes de nous référencer mutuellement sur nos disquettes de distribution. J’appellerai mon programme "PC-File", par complémentarité avec "PC-Talk", utilisé par Andrew. Je demanderai 25$ pour être à égalité avec ce que demandait Andrew.

J'aurais été bien incapable d’anticiper sur ce qui s'est passé ensuite. Ma femme disait que j'étais un "vieux cinglé" si je croyais qu'un seul type m'enverrait volontairement de l'argent pour le programme. J'étais plus optimiste. J'espérais que le nombre de contributions m'aiderait à développer mon passe-temps : Le PC - peut-être plusieurs centaines de dollars, voire même des milliers (dans mes rêves les plus fous!). Mais ma petite boîte aux lettres fut incapable de contenir les réponses d'un public enthousiaste !

Tout allait bien. Les PC se vendaient comme des petits pains et il y avait peu de programmes de gestion de données disponibles.

*Les autres programmes étaient affublés de protections lourdes et inadéquates.
voilà un programme qui invitait les utilisateurs à le copier et à le distribuer librement.
*Les autres coûtaient une fortune.
ce programme ne coûtait qu'une modeste contribution aux frais!
*Les autres programmes devaient être achetés avant d'être essayés.
Celui là se laissait essayer gratuitement.
*Les autres programmes étaient vendus par la voie commerciale classique.
Ce programme mettait en oeuvre une méthode de marketing entièrement révolutionnaire. Les magazines étaient friands de choses sur lesquelles faire des articles. Résultat : Pubs gratuites pour PC-File®.

Un autre phénomène assura le succès du Shareware. De grands clubs d'informatique se développèrent et les gestionnaires de club étaient friands de programmes à partager avec leurs membres. Encore de la publicité gratuite pour PC-File...


*Mai, 1983 *

Un homme nommé Doug Clapp écrivit un article superbe sur Pc-File pour PC-World Magazine. Ma famille et moi étions en vacances à Hawaii quand le magazine sortit dans les kiosques. Le résultat fut inespéré. Notre gardienne de maison eut à entasser le courrier dans notre hall d'entrée, par sacs entiers. Quand nous sommes rentrés, nous avons dû enjamber tous ces sacs disséminés au sol. Mon fils John travailla des journées, soirées et week-ends pour le reste de l'été pour rattraper le courrier en retard. La vie ne devait plus jamais être la même pour aucun d'entre nous !

J'avais toujours dit que je ne quitterais jamais le job sûr que j'avais à IBM tant que je ne gagnerais pas au moins le double ailleurs. J'avais tort, l'été 1984, je gagnais 10 fois plus avec mon petit business de Shareware. Cependant, je n'aurais pas quitté IBM volontairement.

Je n'ai pas quitté IBM volontairement. Mon corps m'y a forcé. Je ne pouvais plus travailler 8 heures à IBM et 4 autres heures à la maison le soir plus les samedis et la plupart des dimanches. J'étais face à un choix. J'avais attrapé un dinosaure au lasso et ce dernier était en train de me secouer dans tous les sens au bout de la corde que je ne pouvais pas lâcher.


*Août, 1984 *

"Jim, si tu peux t'en sortir dans le business du logiciel en le traitant comme un passe-temps, qu'est-ce que cela donnerait si tu t'y consacrais sérieusement ?" . Cette pensée me donna le courage de faire ce que mon corps réclamait. Je donnai ma démission à IBM.


*C'est 1987 maintenant. *

Un jour, quelqu'un écrira le reste de cette histoire. Mon entreprise de logiciels a plus de 10 programmes à l'époque. Il y a 18 employés. Le Shareware est maintenant établi comme une méthode de marketing respectable. PC-File, ma petite gestion de base de données compte environ un million de fidèles utilisateurs.

Note supplémentaire : A son époque la plus florissante, la société avait plus de 35 employés un chiffre d'affaires de plus 4,5 millions par an.


*1995 Encore un peu de lecture *

Alors, vous pensiez que le père du Shareware était Jim Button ? Il l'est. C'était moi. J'ai publié sous le pseudonyme "Jim Button®" parce que c'est un nom plus vendeur. Par ailleurs, mon nom (Knopf) signifie bouton en Allemand.

Le titre "Le père du Shareware" n'est pas auto-attribué. Il m'a été donné en 1985 par Peter Norton, un bon ami.

Le terme "shareware" tel qu'employé à propos de cette forme de distribution est quelque peu nouveau. Andrew et moi avons commencé par l'appeler "freeware.". Ces mots ont pris des sens plus spécifiques aujourd'hui et Shareware est le mot le plus communément employé maintenant.

En 1992 j'ai eu une attaque cardiaque - à l'âge précoce de 49 ans ! J'ai réalisé que le marché du logiciel était trop stressant pour nous autres les garçons de ferme de l'est Washington. J'ai décidé d'éliminer la pression et j'ai vendu toute mes parts de la société et j'ai pris ma retraite pour jouir de la vie de famille et de la paix de la solitude dans le nord-ouest du Pacifique. Vous me trouverez maintenant avec un petit fils sur les épaules ou un filet à papillons en mains !


Version originale Anglaise de cette page sur le site de Jim Knopf: http://www.halcyon.com/knopf/history.htm
Contacter Jim Knopf par E-mail [email protected]

Visiter la page Web du traducteur et découvrir ses sharewares en Français http://www.tarifcom.com/