l'Afas  
   Accueil
   Présentation
   Statuts
   La charte des distributeurs
   Les Partenaires de L'AFAS
   Les Wares
      Sur le Web
   Pages WEB des auteurs.
   Autres pages intéressantes
   
      ...et Ailleurs
   Les BBS Relais
   C'est quoi un BBS ?
   Où trouver nos Wares ?
      Le Shareware
   Le Principe
   Sa Naissance
   Son Père
      Evénements
   MAXWARE
   L'AFAS membre de BSA ??!
      Auteurs
   Pourquoi ?
   Comment ?
   C'est hyper cher ?
      Enquête
   Auteurs qui êtes vous ?
   Enquête sur le Shareware
      Infos Utiles
   La Fiscalité
   Le Droit d'Auteur
   Le FILE_ID.DIZ
   Le Guide de l'Auteur
   Zone privée des membres
      A lire et à voir
   L'HomoShareWareAuteuricus (1)
   L'HomoShareWareAuteuricus (2)
   A downloader : Tout sur l'afas.
      Contacter un membre
   Un membre du bureau.
   Nous écrire
Mis à jour le 23/01/2001.
 
©copyright Afas 1995 - 2017.

[Accueil]    [Nous écrire]

La Naissance d'un Concept

Le concept du shareware est né aux Etats Unis en 1982, environ un an après l'apparition du PC d'IBM. A cette époque la plupart des logiciels coûtaient plus de 3000F et les éditeurs essayaient par tous les moyens de protéger leurs logiciels contre le piratage. Les utilisateurs, agacés par ces protections, estimaient que les éditeurs; feraient mieux de diminuer leurs prix afin de rendre les logiciels plus abordables. C'est alors que deux hommes, Andrew Fluegelman et Jim Button, apportent indépendamment l'un de l'autre une solution aux prix élévés.

Andrew Fluegelman un juriste de San Fransico et éditeur de PC Magazine, ne trouvant pas de logiciel adapté à ses besoins, écrit un programme de communications sur PC qu'il appella PC Talk. Il commença à le distribuer partout, invitant les utilisateurs à l'éssayer et à payer une redevance s'ils decidaient de l'adopter pour un usage régulier. Par ailleurs, il les encouragaient à en faire des copies afin que leurs amis et collègues puissent à leur tour l'éssayer. (* Il utilise alors le terme "Freeware" pour nommer ce mode de distribution.)

De son côté, Jim Button, qui travaillait pour IBM à Seattle, distribuait à ses amis et collègues un gestionnaire de bases de données appelé Easy-file. Il demandait à ceux qui appréciaient son programme de lui verser une redevance de $10 pour s'enregistrer et obtenir les mises à jour. En Août 1982 après que l'un des utilisateurs de Easy-file lui eut parlé de PC Talk, Jim Button contacte Andrew Fluegelman. Ils se mettent d'acord pour coordonner la promotion de leurs logiciels, de fixer le prix de l'enregistrement à $25 et, afin de renforcer le rapprochement avec PC Talk, Easy-file devient PC File.

Certains prennaient ces pionniers pour des doux-dingues et croyaient que l'idée était vouée à l'échec, mais les utilisateurs étaient ravis de pouvoir accéder à des logiciels de qualité au moindre coût et ce fut un succès.

De nombreux auteurs adoptèrent rapidement ce mode de distribution dont un certain Bob Wallace qui avait décidé d'écrire un traitement de textes qu'il appela PC Write afin de mettre l'accent sur la similitude de distribution avec PC Talk et PC File. Mais au lieu de demander simplement aux utilisateurs de payer la redevance s'ils adoptaient le logiciel, il leur disait que s'ils utilisaient le programme ils devaient payer. (*Le terme "Freeware" ayant été éposé par Andrew Fluegelman, Bob Wallace choisit celui du "Shareware". Terme qui grâce à la puissance de l'Association of Shareware Professionals fut normalisé en 1988.)


Les Premiers distributeurs de shareware sur disquettes

Malgré le nombre croissant des réseaux de groupements d'utilisateurs et des BBS, les canaux de distribution de ces logiciels étaient limités. D'ailleurs, très peu des utilisateurs possedaient un modem et il fallait trouver d'autres moyens de diffusion. Le premier distributeur de logiciels shareware sur disquettes, PC-SIG, commença à acheter les disquettes disponibles dans les bibliothèques des groupes d'utilisateurs afin de revendre des copies. En 1982, Nelson Ford ayant déjà commencé à distribuer des disquettes aux lecteurs de la revue "Softalk", décida de créer une lettre appelée "Public software Library" (PsL) qui distribuait les logiciels décrits. Devant le succès du shareware de nombreux autres distributeurs virent le jour, ce qui au première vue était une bonne chose. Malheureusement, certains ternissaient l'image du shareware en distribuant n'importe quoi: versions périmées, logiciels bridés quand ce n'était pas des copies piratées. D'ailleurs, ils oubliaient souvent de préciser le statut du logiciel et le fait qu'il fallait payer une redevance aux auteurs.

Il fallut attendre 1986 avant que le shareware n'arrive en force sur le marché Européen et 1990 avant de voir naître le premier distributeur français digne de ce nom: DP Tool Club. Logiquement ce fut en majorité des oeuvres américaines qu'on proposait mais aujourd'hui l'utilisateur français a à sa disposition de nombreux sharewares en langue française d'excellente qualité.




Les Groupements Shareware


Association of Shareware Professionals (ASP)


On ne peut pas parler de la naissance et de l'essor du shareware sans parler de l'ASP. Face aux problèmes posés par les agissements de certains distributeurs et soucieux d'améliorer la réputation du shareware, Nelson Ford et PsL organisèrent une convention du shareware en 1987 à Houston. Il en nait l'ASP, avec les objectifs suivants:

1. Etablir des standards de professionnalisme pour les auteurs et distributeurs de shareware.

2. Eduquer les utilisateurs et en particulier oeuvrer contre la publicité mensongère de certains distributeurs.

3. Partager les ressources et les informations entre les membres.

C'est la puissance de l'ASP qui a permis de normaliser le terme "Shareware" en 1988 et ensuite d'empêcher ceux qui essayèrent de déposer le mot shareware comme une marque.




Et bien sûr, L'Association Française des Auteurs de Shareware ;-) Créée en Novembre 1995, L'AFAS regroupe déjà une soixantaine d'auteurs de Shareware autour d'une même idée : promouvoir ce mode de conception et de distribution de logiciels en appliquant certaines règles élémentaires.